Caravage et le Maître de Hartford: la nature morte en Italie, exposition à la Galerie Borghèse à Rome

Du 16 Novembre 2016 au19 Février 2017.

L’exposition nous parlera des origines de la nature morte moderne à Rome, à la fin du XVIe siècle, en compagnie d’un des plus grands peintres du monde, Michelangelo Merisi dit Caravage.

C’est effectivement une révolution iconographique et conceptuelle qu’opèrera Caravage autour de 1597 : à Rome, il va peindre le célèbre « Panier de Fruits », conservé à Milan et présent à l’exposition. C’est ainsi qu’il signe la naissance de la nature morte moderne, une représentation fidèle, réaliste et objective de la nature, finalement libérée de la figure humaine. Pour la première fois, des éléments humbles de la nature comme des fruits, jouent le premier rôle, sans même la présence d’une figure humaine ! comment ? la création la plus noble de Dieu, l’homme, n’est pas représentée ? quel scandale ! de simples fruits méritent-ils vraiment d’être peints ? quel en est l’intérêt ?

C’est que pour Caravage, il n’y pas une peinture noble, celle « d’histoire », et une peinture vile et inférieure, celle de la nature… tout ce qui est sous nos yeux mérite d’être peint. Des diseuses de bonne aventure aux musiciens, en passant par Bacchus, St Jérôme, David et Goliath ou… de simples fruits.

Quelle modernité et quelle nouveauté à une époque où seule la peinture d’histoire, celle des batailles, des figures saintes et des scènes mythologiques méritait d’être peinte et d’être vue…

Mais qui est ce Master of Hartford ? c’est le nom fictif donné à un artiste, actif à Rome au début du XVIIe siècle et connu pour ses natures mortes. Récemment, il a été identifié avec le jeune Caravage… est-ce vraiment lui ?

Le nom qui lui a été donné provient du fait que sa peinture la plus connue, « Nature morte de fleurs et de fruits » est conservée au Wadsworth Atheneum de Hartford dans le Connecticut. Alors, venez-vous la voir pour vous faire une idée ?

PREV

Sainte Mère Teresa

NEXT

Via Giolitti

WRITTEN BY:

LEAVE A COMMENT